Texte

Opportunisme pendant la Nuit de Cristal

Examinez les témoignages directs concernant les vols commis contre les Juifs pendant le chaos et la violence de la Nuit de Cristal.
Last Updated:
This resource is intended for educators in France. Cette ressource est destinée aux enseignants en France.

At a Glance

Texte

Language

French — FR
Also available in:
English — US Spanish
  • Histoire de la Shoah

Malgré les instructions de limitation des pillages de la part du chef de la Gestapo, Heinrich Müller, à la police d’État (voir la leçon « La nuit du pogrom »), le vol de biens et d’argent aux Juifs par la police allemande, les membres des SS et les civils au milieu du chaos de la Nuit de Cristal fut très répandu.  

Des journaux allemands ont signalé des pillages et des vols dans des entreprises appartenant à des juifs. Selon le journal berlinois Berliner Tageblatt, « Les grands centres commerciaux semblaient avoir subi un raid aérien... Des étagères vitrées étaient arrachées des murs, des meubles étaient brisés, des panneaux électriques réduits en poussière. » Un autre quotidien berlinois, le Berliner Zeitung rapporte que des pillards « fracassent avec un soin particulier les vitrines des bijouteries et fourrent dans leurs poches en ricanant les colifichets et colliers tombés sur les trottoirs ». 1

À Vienne, Helga Milberg, qui avait huit ans lors de la nuit de Cristal, rappelle que tous les biens et équipements de la boucherie de son père avaient été volés lors du pogrom. « Mon père a vu que les autres commerçants s’étaient servis », écrit-elle. 2 Selon l’historien Martin Gilbert, lorsqu’un journaliste britannique interroge un responsable nazi sur les nombreux vols de marchandises dans des entreprises juives lors de la Nuit de Cristal à Vienne, le responsable lui répond : 

« Nous avons commencé par saisir des marchandises dans des magasins juifs parce que tôt ou tard, elles auraient de toute façon été nationalisées [confisquées par le gouvernement]. » Les marchandises ainsi saisies, ajoute le responsable, « serviront à nous compenser au moins une partie des dommages que les Juifs causent depuis des années au peuple allemand ». 3  

Gilbert décrit également comment la famille de Kurt Füchsl a perdu sa maison. 

Kurt Füchsl, sept ans, fut traumatisé par les événements de la Nuit de Cristal et contraint de quitter son foyer avec sa famille, tôt le matin du 10 novembre. Il se souvient par la suite : « Ce qui s’est passé, comme me l’a raconté ma mère, c’est qu’un décorateur d’intérieur a pris une photo de notre beau salon et affiché la photo de notre appartement dans sa vitrine. Une “ Frau ” [madame] Januba a vu la photo et entendu que nous étions juifs. Elle est venue dans l’appartement et nous a demandé s’il était à vendre ». Ma famille lui a répondu que non, mais quelques jours plus tard, le matin de la nuit de Cristal, elle est revenue avec des officiers et a dit : « Cet appartement est désormais à moi. Elle a montré un morceau de papier estampillé d’une croix gammée et nous a dit que nous devions être partis à six heures du soir. » La mère de Kurt Füchsl a protesté auprès des officiers qui accompagnaient Frau Januba, dit qu’elle avait un enfant malade à la maison qui dormait déjà. « D’accord », lui ont-ils dit, « mais vous devrez être partis à six heures du matin. » 4

Les autorités allemandes ont également volé de l’argent aux entreprises et aux familles juives. Deux semaines après la nuit de cristal, Margarete Drexler a écrit la lettre suivante à la Gestapo, demandant le remboursement de l’argent que les agents avaient pris chez elle à Mannheim, en Allemagne : 

Mannheim, 24 novembre 1938 

Margarete Drexler, Landau Pfalz Suedring St. 10 

À la Police secrète d’État de Landau (Palatinat). La somme de 900 marks en espèces m’a été confisquée au cours de l’action du 10 novembre. Je demande par la présente à des mesures pour le remboursement de mon argent, car j’en ai un besoin urgent pour moi et pour subvenir aux besoins de mon enfant. J’espère que ma demande sera acceptée, car mon mari est décédé des suites de ses blessures pendant la guerre : il a combattu et il est mort pour sa patrie avec un courage extrême, et je suis restée sans aucun revenu. Jusqu’à ces dernières années, vous auriez pu trouver une photo de mon mari sur le mur aux côtés du Generalfeldmarschall [Paul] von Hindenburg, à la cantine du 23e régiment d’infanterie de Landau. Cela en mémoire de ces actes de bravoure militaire. Ses médailles et décorations prouvent qu’il a combattu avec beaucoup de courage et d’honneur. Il a reçu : La Croix de fer de première catégorie, la Croix de fer de deuxième catégorie, l’Ordre du Mérite militaire de quatrième catégorie avec glaive. L’Ordre militaire de l’assainissement de 2e catégorie avec ruban bleu et blanc. Ce ruban n’est en principe accordé qu’aux destinataires de l’Ordre Max Joseph, qui n’accepte que les membres de la noblesse. Je ne peux qu’espérer qu’en tant que veuve d’un tel homme, tant honoré par son pays, ma demande de restitution de mes biens ne serait pas vaine. 

Salutations allemandes,
(signé) Frau Margarete Drexler 
Veuve du chirurgien de réserve 
Dr. Hermann Drexler 5  

En 1940, Mme Drexler a été arrêtée et emprisonnée dans un camp de concentration en France, où elle est décédée.

Connexions

  1. Comment le chaos de la Nuit de Cristal a-t-il donné l’occasion aux officiers et civils allemands de spolier des biens aux Juifs ? Pourquoi ont-ils défié les ordres d’interdiction des pillages ?  
  2. Pourquoi pensez-vous que Margarete Drexler décrit le service militaire et les honneurs de son mari lorsqu’elle demande à la Gestapo de lui rendre son argent ?  
  3. Pourquoi le tumulte et la violence ont-ils pu conduire des gens à prendre des décisions impulsives et même illégales ? Avez-vous déjà entendu parler de cas plus récents de pillage et de non-respect des biens pendant des périodes de violence et de troubles ?
  • 1Martin Gilbert, Kristallnacht : Prelude to Destruction (New York : Harper & Collins, 2006), 46–47.
  • 2Martin Gilbert, Kristallnacht : Prelude to Destruction (New York : Harper & Collins, 2006), 54.
  • 3Martin Gilbert, Kristallnacht : Prelude to Destruction (New York : Harper & Collins, 2006), 59.
  • 4Martin Gilbert, Kristallnacht : Prelude to Destruction (New York : Harper & Collins, 2006), 62.
  • 5Yad Vashem, « Pillage pendant la nuit de Cristal », consulté le 29 juin 2016.
Using the strategies from Facing History is almost like an awakening.
— Claudia Bautista, Santa Monica, Calif