Un comportement parfaitement répréhensible | Facing History & Ourselves
Facing History & Ourselves
Reading

Un comportement parfaitement répréhensible

Lisez le rapport de l’audience disciplinaire d’un étudiant allemand qui a choisi d’aider ses voisins juifs après la Nuit de Cristal.

Language

French — FR
Also available in:
English — US Spanish

Updated

This resource is intended for educators in France. Cette ressource est destinée aux enseignants en France.

Wilhelm Kahle, fils aîné de Marie Kahle (voir la lecture Réponse d’une famille à la Nuit de Cristal), est alors étudiant à l’université de Bonn. Il est appelé devant la commission disciplinaire de l’université pour avoir aidé un commerçant juif à remettre de l’ordre dans sa boutique après la Nuit de Cristal. Ses « crimes » sont précisés dans le « jugement disciplinaire » suivant.

L’étudiant en musicologie Wilhelm Kahle sera puni pour comportement indigne de la part d’un étudiant à l’égard de l’action de protestation contre les entreprises juives, par son renvoi de l’université et le rejet de ses crédits pour le semestre. 

Le 10 novembre 1938, à Bonn, à la suite du meurtre du conseiller d’ambassade vom Rath, une manifestation contre les Juifs a eu lieu, au cours de laquelle la boutique de guêpières appartenant à la juive E. Goldstein a été touchée. En fin d’après-midi du 12 novembre 1938, l’accusé s’est rendu avec sa mère dans ce magasin, où cette dernière avait auparavant fait des achats. À leur arrivée dans la boutique, vers 18 h ou 18 h 30, trois femmes juives en sortaient. Dans la boutique, ils ont rencontré la propriétaire et une autre personne juive du nom de Herz. La propriétaire du magasin était occupée à remettre des boîtes sur les étagères. Ils étaient là depuis environ trois minutes quand le sergent de police Peter Stammen est entré dans la boutique et a noté les noms des personnes juives, puis également le nom de la mère de l’élève Kahle, et ce faisant, a rencontré quelques difficultés avec cette dernière. Il s’est ensuite tourné vers l’étudiant Kahle, qui remettait les boîtes placées sur le comptoir sur les étagères, et lui a demandé s’il était décorateur d’intérieur. L’étudiant a dit qu’il ne l’était pas, puis a donné son nom.

Contrairement à l’accusation, la commission disciplinaire n’a pas été en mesure de déterminer dès le départ l’intention de l’accusé… de se rendre dans la boutique juive. Nous sommes davantage d’avis qu’aucune intention ne se cache derrière cette visite, mais plutôt que la visite n’a eu lieu qu’à l’occasion du passage devant le magasin détruit. De plus, la commission disciplinaire n’a pas conclu de la procédure que l’étudiant avait aidé la juive à remettre ses marchandises sur les étagères, mais considère les actions de l’étudiant simplement comme un effort, sans intention particulière, dans le but d’aider la juive dans son travail ou de la soutenir d’une manière quelconque. 

Néanmoins, le comportement de l’étudiant est parfaitement répréhensible. En décidant d’entrer dans un magasin juif après les incidents évoqués, il a gravement mis en danger la réputation et la dignité de l’université et a ainsi violé ses devoirs académiques. Articles II et III du Code disciplinaire des étudiants du 1er avril 1935. Il doit être pénalisé.

Le comportement de l’accusé nécessite une expiation énergique. Étant donné que l’accusé semblait être un peu incompétent et maladroit au cours de la procédure et manifestement sous l’influence de sa mère, la commission disciplinaire a décidé, à titre d’atténuation, de simplement le renvoyer de l’université et lui refuser le crédit du travail de son semestre. 

En infligeant cette peine, qui est légère par rapport à l’infraction, la commission disciplinaire a agi en partant du principe que l’étudiant poursuivra ses études à une plus grande distance du domicile de ses parents, afin qu’à l’avenir il puisse devenir une personne plus autonome, plus sûre d’elle et plus responsable. 1

Connexions

  1. Comment le rapport disciplinaire élargit-il votre compréhension des actions des Kahles, comme décrit dans la lecture Réponse d’une famille à la Nuit de Cristal? 
  2. Comment les actions de Wilhelm Kahle ont-elles été considérées par son université ? 
  3. Pourquoi les nazis auraient-ils voulu que les jeunes se séparent de leur famille ?
  4. Le rapport de la commission disciplinaire conclut en espérant que Wilhelm Kahle deviendra une personne plus « responsable ». Selon elle, qu’est-ce qui rendrait W. Kahle plus responsable ? Que signifie pour vous être une personne responsable ?
  • 1Uta Gerhardt & Thomas Karlauf, éd., Jamais nous ne retournerons dans ce pays : Récits de témoins oculaires de la Nuit de Cristal (Cambridge, Royaume-Uni: Polity Press, 2012), 90– 91.

How to Cite This Texte

Facing History & Ourselves, “Un comportement parfaitement répréhensible”, last updated August 2, 2016.

You might also be interested in…

Most teachers are willing to tackle the difficult topics, but we need the tools.
— Gabriela Calderon-Espinal, Bay Shore, NY