Texte

Un jeune Musulman lutte contrel’intolérance

Découvrir l'histoire d'un jeune Musulman qui lutte contre l'antisémitisme et la xénophobie dans son pays natal, la Suède.
Last Updated:
This resource is intended for educators in France. Cette ressource est destinée aux enseignants en France.

At a Glance

Texte

Language

French — FR
Also available in:
English — US
  • Antisémitisme
  • Résistance

Siavosh Derakhti était conscient des problèmes liés à l’antisémitisme, au racisme et à la xénophobie dans sa ville de Malmö, en Suède. Il a pris le parti d’en parler et de se faire publiquement l’avocat d’une meilleure compréhension entre différents groupes au travers de son organisation, « Jeunes contre l’antisémitisme et la xénophobie ».

Le président Obama souhaitait le remercier en personne. Il voulait dire à ce jeune militant musulman, qui lutte contre l’antisémitisme et la xénophobie dans sa Suède natale, qu’il est une réelle source d’inspiration et qu’il devait continuer… 

Derakhti, 22 ans, est né en Suède de parents iraniens immigrés. Il espère pouvoir se rendre aux Etats-Unis un jour pour raconter son histoire et celle de sa ville natale, Malmö, une cité de 300 000 habitants à la population dynamique et mélangée au sud de la Suède. 

« L’antisémitisme, l’islamophobie et la xénophobie sont un véritable problème à Malmö, raconte Derakhti. Je ne puis accepter que les Juifs quittent ma ville [à cause de l’antisémitisme]. J’ai dit au président [américain, qui se trouvait en Suède pour une visite officielle] que jamais je ne renoncerais à me battre pour l’égalité des droits pour tous. » 

Malmö s’est acquis une triste réputation au cours des dernières années. On l’accuse (injustement, selon certains) de se montrer hostile envers les minorités, les Juifs en particulier… Le Centre communautaire juif a été incendié et son cimetière vandalisé. On a peint des swastikas sur les portes de maisons juives. Et le Centre Simon Wiesenthal, à Los Angeles, l’une des principales organisations juives de défense des droits civiques, a publié un avis aux voyageurs pour la ville de Malmö en citant les agressions physiques et verbales dont les Juifs font régulièrement l’objet… 

Derakhti s’attache à sensibiliser les jeunes aux dangers et aux méfaits de l’antisémitisme, du racisme et de la xénophobie. Pour cela, il se rend dans des écoles partout en Suède pour parler aux élèves et aux professeurs, il organise des ateliers pour enseignants et autres personnels, et il presse les autorités pour qu’elles s’efforcent d’accroître « la sensibilisation et la compréhension entre différents groupes ». 

Il y a quelques années, apprenant que son école n’avait jamais invité de rescapés des camps, Derakhti a organisé une rencontre entre les élèves et deux survivants de la Shoah. Plus tard, il a organisé un voyage scolaire à Auschwitz, site d’un camp de concentration allemand dans le sud de la Pologne pendant la Deuxième Guerre mondiale. Il y a emmené une douzaine www.facinghistory.org 6 de ses camarades de classe, musulmans pour la plupart… 

A l’heure actuelle, il s’efforce surtout de « bâtir des ponts », pour reprendre son expression. Par exemple, il a écrit dans une gazette locale, Sydsvenskan, que les Juifs de Malmö avaient été l’objet de « toutes sortes d’agressions, menaces et harcèlement, et il est de notre devoir, en tant que citoyens suédois de Malmö, de réagir et de nous élever contre cela. » 

Un peu plus tôt cette année [2013], le gouvernement suédois a remis le prix Raoul Wallenberg à Derakhti en reconnaissance de son action. Ce prix porte le nom d’un diplomate suédois qui a sauvé des milliers de Juifs hongrois des camps de la mort nazis en 1944. Le comité de sélection a estimé que Derakhti montrait un « exemple positif » à Malmö et en Suède. « Il est un modèle à suivre pour les autres, a écrit le comité du prix Wallenberg, et il a montré par ses actes et sa détermination qu’un individu peut faire bouger les choses. » 1

 

How to Cite This Texte

Facing History and Ourselves, “A Young Upstander Stands Up to Hate,” last updated May 4, 2022. 

This reading contains text not authored by Facing History and Ourselves. See footnotes for source information.

You might also be interested in…

Most teachers are willing to tackle the difficult topics, but we need the tools.
— Gabriela Calderon-Espinal, Bay Shore, NY