Texte

Réponses à l’antisémitisme en ligne

Lire l'histoire d'une étudiante d'une université britannique qui a utilisé les médias sociaux pour parler d'un incident antisémite sur son campus.
Last Updated:
This resource is intended for educators in France. Cette ressource est destinée aux enseignants en France.

At a Glance

Texte

Language

French — FR
Also available in:
English — US
  • Antisémitisme

Découvrant des affiches proclamant « HITLER AVAIT RAISON » un peu partout sur son campus, Izzy Lenga, une étudiante de l’université de Birmingham a tweeté la photo de l’une d’elles avec le message : « Pour qui pense que l’antisémitisme n’est pas un vrai problème, ces affiches ont été placardées sur le campus mardi. » Elle a inclus le hashtag de l’Union nationale des étudiants (NUS). Peu après l’envoi de son message, elle a commencé à recevoir des réponses antisémites. Elle a décidé de ne pas se laisser faire et les a retweetées pour leur donner un maximum de visibilité. Le résultat ? D’autres messages antisémites mais aussi une campagne de soutien en ligne. L’article du Huffington Post ci-dessous retrace son histoire : 

Après avoir découvert des affiches faisant l’éloge d’Hitler un peu partout sur son campus, Izzy Lenga, une étudiante juive, a décidé de profiter d’une conférence de l’Union nationale des étudiants pour dénoncer la présence de l’antisémitisme. 

Sous le hashtag #NUSzones15, cette étudiante de l’université de Birmingham a posté des photos des affiches sur Twitter pour attirer l’attention sur ce « vrai problème ».

Izzy Lenga, étudiante à l’université de Birmingham, s’est servie de Twitter pour dénoncer une affiche antisémite sur le campus. 

Mais peu après, Lenga a commencé à recevoir d’infâmes messages antisémites, qu’elle a retweeté pour dénoncer ceux qui la harcelaient.

@pulke1 @izzyjengalenga Question 3: Quelle est la couleur d’un cadavre gazé au cyanure?
— Thomas F. Malone (@ThomasFMalone3) 2 novembre 2015 

Le problème au R.U., c’est cette salope. Y en a que pour les Juifs. #Hitleravaitraison #Niquetous lesnonBlancs
— Glengoolie Black (@GlengoolieBlack) 29 octobre 2015 

@izzyjengalenga sieg Heil
— Barnabas Reynolds (@OneDegenerate) 1er novembre 2015 

@TimGStevens @izzyjengalenga Propagande nazie plantée par les sionistes.
— Smeggypants (@Smeggypants) 1er novembre 2015

@pulke1 @izzyjengalenga @christinazaba Jamais faire confiance à un Juif - Titus 1:14
— White Fort Myers (@WhiteFortM) 1er novembre, 2015 

@noahlevy94 @izzyjengalenga Consternée (pas étonnée) que les #Juifs se posent toujours en victimes sans jamais mettre fin à leur parasitisme.
— Fanfan (@Fanfan1911) 31 octobre 2015

Les tweets étaient « terrifiants », a expliqué Lenga dans un message posté sur Facebook. 

« J’ai décidé que [la conférence de l’Union nationale des étudiants] tombait à pic et que c’était le lieu idéal pour démontrer que l’antisémitisme était présent dans nos universités, même si beaucoup de membres du mouvement estudiantin refusent de croire les Juifs quand ceux-ci le dénoncent », écrit-elle. 

« Mais les réactions à mon tweet ont été profondément dérangeantes et d’une méchanceté extrême. Cela pose un précédent troublant. Je m’inquiète de la montée de l’antisémitisme en Europe et dans le monde et parfois, j’ai même peur pour ma sécurité et celle de mes condisciples, mais je m’en fais surtout pour la communauté estudiantine juive. 

« Désormais, beaucoup d’étudiants juifs hésiteront à s’exprimer publiquement sur les attaques antisémites dont ils sont l’objet, et on les comprend face à des réactions aussi violentes. »

En dépit de cet assaut d’injures, Lenga a décidé de ne rien céder.

Je continuerai à retweeter une partie de ce que je reçois pour que tout le monde sache.
— Izzy Langa (@izzyjengalenga) 30 octobre 2015

Et l’étudiante a reçu de nombreux messages de soutien, notamment de la députée du Labour Party Luciana Berger. Certains ont même créé le hashtag #IStandWithIzzy (Je soutiens Izzy).

Pas consulté Twitter cette semaine, je découvre des insultes sinistres et ignobles envers @jessphilips & @izzyjengalenga.
— Luciana Berger (@lucianaberger) 1er novembre 2015 

@jack @twitter, Quand allez-vous éliminer le racisme, le sexisme et la violence de votre plateforme ? #IStandWithJessPhillips #IStandWithIzzy
— Luciana Berger (@lucianaberger) 1er novembre 2015

Impressionné par @izzyjengalenga qui ne plie pas devant l’antisémitisme le plus ignoble sur Twitter. Travaillé plusieurs années avec elle.
— Michael Freeman (@M_S_Freeman) 1er novembre 2015 

@izzyjengalenga, Tu es une jeune femme superbe et courageuse, désolée de ce qui t’arrive. Sois forte, sois heureuse.
— C.G. Griffin (@charlogriffin) 1er novembre 2015 

Pour ceux qui trouvent exagéré le problème des trolls dans les médias sociaux, allez voir le mur d’@izzyjengalenga. Des trucs infects. Une courageuse. Bonne chance.
— Garry Couts (@GarryCouts) 1er novembre 2015

Lenga a aussi reçu le soutien de l’Union nationale des étudiants (NUS). Sa présidente Megan Dunn a écrit un blog sur le sujet dans le Huffington Post anglais

« Mon fil Twitter est un sombre rappel de l’antisémitisme horrible et bien réel visant les étudiants juifs en Angleterre, écrit-elle. Un tel harcèlement est déplorable. » 

Et d’ajouter : « Il est temps pour chacun de prendre position et de faire front une fois pour toute contre cette attitude révoltante, que ce soit en ligne ou dans la rue. »

J’ai vu des trucs barbares et sans remords sur Twitter ce matin. Personne ne devrait être insulté ainsi. #IStandWithIzzy
— Eleanor Keiller (@ellekeiller) 1er novembre 2015 

Profondément reconnaissante et émue de l’avalanche de soutien. L’antisémitisme n’a pas sa place à l’université ou dans notre société.
— Izzy Lenga (@izzyjengalenga) 30 octobre 2015

Un porte-parole de l’université de Birmingham a confié au Huffington Post que la police de West Midlands avait été informée de la présence des affiches. 

« Nous condamnons sans réserve les graffiti racistes à l’université. Nous collaborons avec la police pour identifier les coupables. Nous ne tolérerons aucune forme de discrimination. C’est pourquoi nous collaborons activement avec toute une série de groupes pour rassembler les étudiants et pour que notre université soit un endroit où l’on célèbre la diversité et où chacun a sa place afin de créer une communauté dynamique et accueillante. » 

« Personne ne devrait subir le torrent d’injures antisémites qu’Izzy Lenga a reçu en ligne ces derniers jours, a déclaré un porte-parole de l’Union des étudiants juifs au HuffPost UK. Les tweets sont abominables et montrent que l’antisémitisme reste bien vivant. 

« Izzy Lenga a été extraordinaire, non seulement en se battant au nom de ses condisciples de Birmingham mais aussi comme représentante des étudiants au niveau national, car elle siège au Conseil exécutif national de la NUS, où elle aborde souvent des questions qui concernent les étudiants juifs alors que d’autres préfèrent se taire. Il faut que les étudiants juifs prennent exemple sur Izzy et se présentent à des postes électifs au sein du mouvement étudiant et plus généralement au sein de la société. » 1

 

You might also be interested in…

Using the strategies from Facing History is almost like an awakening.
— Claudia Bautista, Santa Monica, Calif